######Bouton

La Mère Napoléon


#
Mère Napoléon

En chinant sur les étagères de la Bibliothèque Nationale j’ai découvert ce curieux document qui fait les éloges d’une certaine dame Amentiger, vivandière des soldats de la Vieille Garde de l’Empire de Napoléon Ier ; et je vous le livre, rien que pour le plaisir

Notice sur La Mère Napoléon

Morte de joie, le 21 septembre 1848, en apprenant l'élection de Louis-Napoléon.
La Mère Napoléon, c'est ainsi qu'on désignait la femme Ametiger, âgée de 79 ans, ancienne cantinière dans la vieille garde. Cette femme, qui a sa place dans les annales militaires de l'empire, vient de terminer sa longue carrière d'une façon assez singulière.
La femme Ametiger avait assisté à la plupart des batailles de Napoléon. Elle s'était distinguée par plusieurs traits de courage, et avait eu même le bonheur de sauver la vie à Bernadotte.
Elle se trouvait à Stockholm lorsque celui-ci fut élu prince royal de Suède, et reçut de lui des témoignages d' affection.
Lorsqu'il fut question de l'élection du prince Louis, l'ancienne vivandière sentit ses sympathies se réveiller avec plus d'ardeur; malgré son grand âge, elle se donna beaucoup de mouvement pour lui procurer des voix, et hier, quand elle vit que l'élection du neveu de l'empereur était enfin assurée, elle éprouva une joie si vive qu'elle tomba frappée d'apoplexie. On chercha vainement à la ranimer, elle était morte Son attachement à l'empereur lui avait fait donner le nom de Mère Napoléon.



#
Une vivandière

Axa : T'en souviens-tu ? ou Vive Paris
Braves soldats honorez la mémoire,
De celle qui longtemps fut votre sœur.
Combien de fois pour vous verser à boire ;
Elle affronta la mort au champ d'honneur
Elle n'est plus, l'héroïne guerrier.
Qui de la gloire escortait le fourgon ;
Repose en paix, brave vivandière,
Repose en paix, mère Napoléon

Soldats brunis par le soleil du Caire,
Soldats gelés par les neiges du Nord,
Au loin elle a suivi votre bannière ;
Partout elle a partâgé votre sort !
Chacun de vous pour elle était un frère.
Oh ! qu'elle aimait le grand bruit du canon
Et tu n'es plus, brave vivandière
Repose en paix, mère Napoléon
!
Elle suivit partout la grande armée
Malgré le froid et malgré la chaleur
Puis des soldats compagne bien-aimée,
Elle en reçut le nom de l'empereur.
De ce baptême oh ! comme elle était fière
Et croyez-vous que ce fût sans raison ?
Repose en paix, brave vivandière,
Repose en paix, mère Napoléon
!
Hélas ! souvent trop de bonheur nous tue,
Et c'est ainsi qu'elle vient de périr
Et saluant sa nouvelle recrue
Le bon saint Pierre, heureux de l'accueillir,
Lui dit : «Entrez dans notre sanctuaire,
« Car de vertu vous fûtes un dragon
«Entrez au ciel, brave vivandière,
Entrez chez nous, mère Napoléon
N'en doutez point, digne et vaillante femme,
Au ciel on sait ce qui se fait là-bas.
Du saint honneur vous gardâtes la flamme,
Vous prîtes part à de bien beaux combats
A votre cœur la gloire était si chère
Que vous avez voulu porter son nom.
Entrez chez nous, brave vivandière,
Entrez au ciel, mère Napoléon

A ces héros, comme vous nés en France,
Vous parlerez du doux pays natal,
Et tous gaîment fêtant votre présence
Ils trinqueront au Petit Caporal.
On vous a dit qu'au ciel tout est sévère,
Qu'on y défend l'innocente chanson ;
N'en croyez rien, brave vivandière,
Entrez chez nous, mère Napoléon


Plan du site - Moteur de recherche | | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017