######Bouton

Clément Marot


#
Clément Marot

Cahors, qui avait donné le jour à un pape au XIVème siècle, vit naître, à la fin du XVème, un personnage illustre d'un tout autre genre, un poète célèbre. Clément Marot naquit en 1495, d'un père normand, Jean Marot, de Caen, poète lui-même, et d'une mère probablement cahorsine, du moins parlant la langue d'oc. dans la ville de CahorsPlus tard, en prison, il écrivait

A bref parler, c'est Cahors en Quercy
Que je laissay pour venir querre ici
Mille malheurs, auxquels ma destinée
M'avoit submis. Car, une matinée,
N'ayant dix ans, en France fus mené
Là où depuis me suis tant pourmené
Que j'oubliai ma langue maternellee
Et grossement apprins la paternelle,
Langue françoise, ès grands cours estimée,
Laquelle enfin quelque peu s'est limée.

L'existence de Marot fut agitée, comme il s'en plaint. En il prit part à la bataille de Pavie, et fut fait prisonnier par les Espagnols. A peine libre, il fut enfermé au Châtelet comme suspect d'hérésie. Il dit quelque part que sa mie, avec laquelle il s'était légèrement brouillé, l'accusa d'avoir fait gras en carême et que c'est là ce qui le conduisit en prison. Il y retourna un peu plus tard pour avoir voulu délivrer un malheureux que les archers emmenaient. Enfin, quoiqu'il protestât contre toute accusation d'hérésie

...point ne suis luthiste,
Ne zuinglieu et moins anabaptiste
Bref celui suis qui croit, honore et prise
La sainte, vraye et catholique Église,

il n'en fut pas moins obligé, à la fin, de se réfugier à Ferrare, à Venise, à Genève. Sa traduction des Psaumes de David, à l'usage des Églises réformées, avait attiré sur sa tête un dernier orage. Il mourut à Turin dans la misère, en 1546. Jamet, un de ses amis et de ses imitateurs, fit pour lui cette épitaphe remarquable, malgré son emphase

Icy devant au giron de sa mère
Gist des François le Virgile et l'Homère
Cy est couché et repose à l'envers
Le nonpareil des mieux disans un vers;
Cy gist celuy que peu de terre oaeuvre,
Qui toute France enrichit de son œuvre,
Cy dort un mort qui toujours vif sera,
Tant que la France en français parlera;
Brief, gist, repose et dort en ce lieu-cy
Clément Marot de Cahors en Quercy.

Une rue de Cahors, celle qui joint la place au Dois ou place de la Daurade à la cathédrale, porte aujourd'hui le nom de Clément Marot. Mais si le poète cahorsin pencha vers les doctrines protestantes, ce n'est point sa ville natale qui lui communiqua ce penchant.



Plan du site - Moteur de recherche | | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017