# # # # # # Bouton

Evreux - Préfecture de l'Eure

(Retour au Département)

#
Plan de d'Evreux
#
Veüe de l'eglise de NOSTRE DAME, la Cathedrale d'EVREUX, dessiné du costé du grand Portail - 1702

Évreux (Mediolanum Aulercorum, Eburovices,Ebroicæ), chef-lieu du département de l'Eure. Cette ville tire son nom actuel des Eburovices, ainsi nommés du mot celtique Ebvre, qui signifie forêt. Au temps des Romains, on l'appelait Mediolanum Aulercorum. Longtemps des savants ont pensé que la ville romaine a occupé le village désigné aujourd'hui sous le nom dé Vieil-Évreux, et que la cité nouvelle s'est élevée dans une époque postérieure mais des découvertes archéologiques récentes ne permettent pas de conserver cette opinion. Après la soumission des Eburovices, les Romains firent de Mediolanum l'une des plus belles villes du pays ; en effet, elle ne tarda pas à prendre rang parmi les premières cités de la seconde Lyonnaise.
Mais, au commencement du IIème, siècle, une des invasions, barbares qui traversèrent la Gaule détruisit Mediolanum de fond en comble. On n'a que de vagues données sur cet événement qui d'ailleurs est certain, cette ville se releva lentement et perdit son premier nom, auquel fut substitué le nom de la nation des Éburovices qui, peu à peu, se modifia en celui de Ébroices, Ebroicœ, Evreus, Évreux.
Vers cette même époque de l'invasion des Vandales, saint Taurin vint prêcher le christianisme parmi les habitants de la ville que les malheurs de la guerre avaient éprouvés cruellement. Cet apôtre du christianisme fut le premier évêque d'Évreux, et il eut pour successeur saint Gaud, qui, par sa piété, mérita aussi d'être placé au nombre des saints. Après avoir administré pendant quarante ans son diocèse, il se retira dans une solitude de la basse Neustrie pour se recueillir et se préparer sans distraction à la mort. Il est bien rarement fait mention d'Évreux dans les actes ou dans les chroniqueurs de la période mérovingienne et dans les premiers règnes de la seconde dynastie, jusqu'au moment où commencent en Neustrie les invasions normandes.

#
Veüe de l'Abbaye de L'Estree de lordre de cisteaux dans le diocese d'Evreux a une lieüe de dreux - 1696

Le peu de faits qui nous soient parvenus de ces temps lointains concernent les évêques. Rollon, devenu duc de Normandie, s'efforça de faire oublier par une sage administration les ravages et les cruautés qu'il avait exercés dans cette contrée ; il releva les maisons et l'église d'Évreux, et son petit-fils, Richard, construisit le château de cette ville.
Quelques guerres entre le roi carlovingien Louis d'Outre-Mer, le duc de France, Hugues le Grand, et le jeune Richard, pendant la minorité de ce duc, furent funestes à Évreux.
Cette ville fut prise par Hugues, puis par Louis IV en 943, et ce ne fut qu'en 946 que le duc Richard, vainqueur du roi de France, par l'intervention des Danois, et allié avec le puissant duc de Paris, qui avait fait la paix avec lui en lui donnant sa fille, rentra en possession de la seconde capitale de ses États. Nous avons déjà dit comment, sous Richard Ier, Évreux- devint le chef-lieu d'un comté donné par ce prince à son fils naturel Robert, qui, à cette dignité, joignit celle d'archevêque de Rouen. Accusé par son neveu de vouloir se révolter, l'archevêque Robert prit les armes et se fortifia dans le château d'Évreux. Le duc de Normandie vint l'y assiéger, détruisit en partie la ville et la cathédrale, chassa son oncle et ne lui rendit le comté que plusieurs années après. L'archevêque Robert eut pour successeur son fils Richard, qui fonda à Évreux la riche abbaye de Saint-Sauveur, l'une des communautés de femmes les plus nombreuses en Normandie. Saint Louis visita cette ville avec sa jeune épouse, Marguerite de Provence, en 1234 ; elle jouit d'un calme profond jusqu'au temps des guerres de la rivalité de la France et de l'Angleterre, époque calamiteuse pour elle, car elle fut successivement prise et reprise par les deux partis.

Veüe de l'Abbaye de SAINCT SAUVEUR, Lez Evreux Fondée par Simon comte d'Evreux pour des Religieuses Benedictines - 1702 :

Lorsque Jeanne d’Arc eut fait lever le siège d'Orléans et mené sacrer le roi à Reims, les villes du royaume tombèrent successivement au pouvoir des Français Conches, près d'Évreux, fut de ce nombre ; Charles VII lui donna pour gouverneur un Normand qui s'était déjà signalé par un grand nombre de services à la cause royale. Robert de Flocques ne put voir, sans s’indigner, la capitale du comté au pouvoir des Anglais ; il résolut de tenter une attaque pour la reprendre. Il se ménagea des intelligences dans la ville, fit pratiquer un trou dans un endroit des murailles, et, le 25 octobre 1441, il s'introduisit par cette brèche avec les plus braves de ses soldats. Les Anglais, surpris, s'assemblèrent dans la grande rue et dans les halles ils renversèrent des charrettes, formèrent des barricades et essayèrent de se défendre ; mais les Français furent les plus forts ; ils tuèrent et firent prisonniers un grand nombre de leurs ennemis, le reste prit la fuite, et la ville fut au roi. Pour récompenser cette action d'éclat, Charles VII donna le bailliage d'Évreux à Jean Flocquet, fils de Robert, qui avait vaillamment aidé son père dans son expédition. Le nouveau bailli se montra digne de cet honneur ; il repoussa une tentative des Anglais pour reprendre Évreux et les battit au Neubourg. Un de ses frères, Guillaume, devint, cette même année, évêque de la ville en remplacement de Pasquier de Vaux, partisan des Anglais, chassé avec eux. Le successeur de Guillaume de Flocques à l'épiscopat fut le célèbre Jean Balue ou La Balue qui après avoir été cardinal et chancelier de Charles de Normandie, frère de Louis XI, fut jeté par le roi dans une affreuse prison.

#
Vue d'Optique représentant le Jardin et l'Hotel d'Evreux

La ville d'Évreux prit part à la ligue du Bien public, en 1466. A la mort de son bailli, Jean Flocquet, tué à la bataille de Montlhéry en combattant pour le roi Louis XI, un de ses habitants, Jean Lebœuf, ouvrit les portes aux Bretons, partisans des ennemis du roi ; mais, peu après, Pierre de Bourbon attaqua la ville et la reprit. Louis XI rendit alors un édit qui ordonnait aux gentilshommes des environs de venir loger, dans Évreux pour défendre, au besoin, cette ville contre de nouvelles attaques. La fin du XVème, siècle et la première moitié du XVIème, furent pour Évreux un temps de prospérité et de calme à peu près complet. Pendant que fun des archidiacres de son église, Nicolas Murdras, licencié en théologie de la Faculté de Paris, l'illustrait par sa science, son évêque, Raoul du Fou, élevait un nouveau et splendide palais épiscopal enfin, le roi Louis XI prenait cette cité en affection et lui donnait un maire, six échevins et un procureur choisis entre les bourgeois, chargés de régler tous les différends et de défendre les intérêts de la cité jusqu'à ce que le roi ou le parlement rendissent une sentence définitive.

#
Veüe du chasteau de la ville // D'EVREUX // dessiné du costé de la Ville // 1702

Évreux fut préservé, par la sagesse de son évêque, Ambroise Le Veneur, de l'hérésie qui se répandit dans presque toute la France sous le règne de François Ier ; le pape établit vers 1540, dans le couvent des frères prêcheurs de cette ville, un conseil d'inquisition pour toute la Normandie. Henri II et Catherine de Médicis visitèrent, Évreux en 1550 ; ils firent leur entrée le 12 novembre et furent reçus par le clergé, le maire et les échevins ; les bourgeois profitèrent de cette visite royale pour se plaindre de la longueur des procédures au parlement et solliciter l'établissement d'un siège présidial, qui leur fut accordé l'année suivante. Les juges, au nombre de sept, devaient juger en dernier ressort les instances et les procès qui n'excédaient pas la somme de 210 Iivres. Dans les premières années du règne de Charles IX, en 1562, les calvinistes essayèrent de reprendre Évreux ; le prince de Condé et l'amiral de Coligny passant près de cette ville tentèrent inutilement de s'en emparer ; ils furent repoussés, et, deux ans après, le bailli Louis d'Orbec, qu'on supposait être attaché aux hérétiques, fut chassé. Charles IX érigea, en 1569, Évreux en duché-pairie en faveur de son frère, François d'Alençon il le lui retira peu après ; mais cette concession fut renouvelée par Henri III, devenu roi de France, en 1574, qui, en même temps, donna à la ville pour bailli et capitaine Pierre de Melun, l'un de ses plus fidèles serviteurs. Le nouveau duché fut réuni à la couronne en 1584, par la mort de François d'Alençon, qui ne laissait pas d'enfants.

Veüe du chasteau DE LOUIE En Normandie, à six lieües d'Evreux et à deux d'Anet, et de dreux - 1702 :

Claude de Saintes entraîna, par un excès de zèle religieux, la ville d'Évreux dans le parti de la Ligue, en 1587, lorsque Jacques Clément eut assassiné Henri III. Quatre ans après, en 1591, Henri IV envoya le maréchal de Biron avec une armée dans le comté d'Évreux. Biron parut devant la ville le 20 janvier et la fit sommer de se rendre à l'obéissance de Henri IV ; elle hésita d'abord ; puis, comme elle était peu en état de résister efficacement, elle capitula, mais à des conditions favorables. La victoire d'Ivry survenue le 14 mars 1591 assura cette conquête. Henri IV fit fortifier de nouveau le château d'Évreux et en donna le gouvernement, avec tout le bailliage de la ville, à Louis de Grimonville, sieur de Farchaux. Le siège épiscopal d'Évreux fut, à cette époque, occupé par l'un des plus illustres prélats dont s'enorgueillisse cette cité. Jacques Davy du Perron succéda à l'évêque Claude de Saintes, qui avait soulevé les bourgeois contre Henri IV. Il était né à Genève en 1556. Il montra une précoce intelligence son père lui apprit la langue latine et les mathématiques ; dès l'âge de dix ans, il était fort avancé dans ces connaissances. Il parut à la cour du roi Henri III, s'instruisit dans la foi catholique et abjura le calvinisme, dans lequel il avait été élevé. A la mort de Henri III, il s'attacha au cardinal de Bourbon et fut présenté à Henri IV lors du siège de Rouen. Le prince s'empressa de s'attacher cet homme éminent, et ce fut par son conseil qu'il provoqua une réunion d'évêques pour s'éclairer lui-même avant d'abjurer la religion réformée. Voulant, à ce moment, que Du Perron tînt parmi ces grands personnages un rang honorable, il le nomma évêque d'Évreux. Du Perron consacra son épiscopat à combattre les hérétiques et à maintenir la foi dans son diocèse ; mais il ne défendit pas contre les empiétements de la papauté les libertés de l'Église gallicane. En 1649, les habitants d'Évreux se déclarèrent pour la Fronde et le duc de Longueville.
Depuis ce moment jusqu'en 1789, l'histoire de cette ville n'offre aucun fait important. En 1669, le roi de Pologne, Jean-Casimir, vint s'y faire moine et fut nommé abbé de Saint-Taurin. La Révolution fut accueillie à Évreux avec assez d'enthousiasme ; un comité permanent de vingt membres fut nommé pour veiller à la police et à l'organisation de la ville, en même temps que la milice bourgeoise était organisée. Buzot, l'un des citoyens que la ville avait envoyés à l'Assemblée Nationale, s'y distinguait par son éloquence et par son patriotisme.
Un évêque constitutionnel, Robert Lindet, curé de Bernay, remplaça l'évêque François de Narbonne, qui avait refusé le serment. Lindet et Buzot furent envoyés en 1792 à la Convention ; mais, à ce moment, de grands changements se firent dans la politique les violences de la Montagne jetèrent Buzot dans l'opposition et celui-ci entraîna ses concitoyens. Après le 31 mai, un grand nombre de girondins se réfugièrent dans les départements de l'Eure et du Calvados. Le conseil général de l'Eure protesta contre la tyrannie de la commune de Paris ; mais l'armée fédéraliste se dispersa, sans même livrer combat, et les représentants qui avaient cherché à Évreux un asile se retirèrent ailleurs ; Buzot s'enfuit dans la Gironde, où il périt de mort violente. La Convention envoya dans le chef-lieu de l'Eure ses commissaires, Louchet, Lacroix et Legendre. Rien de remarquable ne s'est plus passé dans cette ville après la réaction thermidorienne.

Veüe du chasteau de NAVARRE a demie lieüe d'Evreux bastie par Monsieur le Duc de Bouillon sur les Ruines d'un chasteau que les Roys de Navarre avoyent fait faire pour la chasse - 1702

En 1871, elle fut occupée par lest roupes allemandes, qui se retirèrent immédiatement après la signature de la paix. Évreux s'élève dans une jolie situation, au milieu d'une vallée fermée au nord et au midi par des coteaux et arrosée par trois bras de l'Iton de toutes parts, autour de la ville, on voit des jardins, des vignes, des prairies qui rendent ses environs fort agréables. L'édifice le plus remarquable est la cathédrale, considérée comme l'un des beaux monuments de l'architecture normande. Ses vitraux sont remarquables.

A 4 kilomètres à l'est de la ville, on voyait autrefois le beau château de Navarre, bâti en 1330 par Jeanne de Navarre et réédifié en 1686 par Mansart, pour le duc de Bouillon, qui avait reçu le comté d'Évreux en échange de la principauté de Sedan. Ce château, qui avait servi d'asile à l'impératrice Joséphine, et qui était accompagné de beaux jardins, a été détruit en 1836


La Lettre du Promeneur



Promenade à Valence


Profil de l'Abbaye N. Dame DE BONPORT de l'ordre de Cisteaux dans le diocese de Evreux à un quart de lieüe du pont de larche, Fondée par Henry Ier Roy d'Angleterre - 1696

Évreux, encore une ville qui m’est totalement inconnue, je ne vous en dirais donc pas d’avantage, bien que j’espère pouvoir lui rendre une visite, lors d’un prochain voyage en Normandie.


Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © 2017. C. LOUP