# # # # # # Bouton

L'abbaye de Conques (12)


#
Conque

Rien de plus sauvage et de plus triste. « C'est, dit A. Monteil, une vallée profonde où l'on ne voit de la terre et du feuillage que dans les fentes des rochers, où le soleil ne laisse descendre qu'une lumière tremblante, où l'on n'entend d'autre bruit que celui d'un torrent qui se précipite du haut de la montagne, où tout, enfin, rappelle l'ancienne Thébaïde..) »Pillée et ravagée par les Sarrasins, l'abbaye de Conques se releva de ses ruines sous Louis le Débonnaire, roi d'Aquitaine, et s'enrichit rapidement des dons des papes et des rois. On y compta jusqu'à neuf cents moines. Ses titres féodaux formaient un immense cartulaire, qui fut brûlé publiquement peu de temps après l'extinction de la féodalité. « Ce fut, ajoute A. Monteil, un feu de joie pour les pauvres paysans des environs. » Autour de cette abbaye se groupèrent des habitations. Ainsi se forma peu à peu la ville de Conques. Bâtie sur le penchant d'une colline escarpée, au pied de laquelle serpente la petite rivière du Dourdou, Conques n'a conservé de son ancienne abbaye que l’église assez belle et dont le portail, chargé d'une sculpture grossière et gothique, passe, dans le pays, pour une des quatre merveilles du monde.

#
Abbaye de Conque

De là ce dicton populaire :

Gliezo d'Albi, Église d'Albi.
Pourtal de Counquos, Portail de Conques.
Clouquie de Roudès, Clocher de Rodez.
Campano de Mendé, Cloche de Mende.

Cette église, qui appartient au style roman, a été bâtie, de 1035 à 1060, par Odolric, abbé de Conques; elle est regardée, à juste titre, comme un des beaux types de l'architecture byzantine. Son plan figure une croix latine. A l'intersection des transepts partagés en trois divisions longitudinales par des arcades à plein cintre, surmontées de galeries, s'élève une coupole sous une tour octogone. Deux autres tours carrées flanquent sa façade occidentale, qui est d'une grande simplicité. Sur le tympan du portail est sculpté un Jugement dernier. On y voit, sous les pieds du Christ, un ange et un diable pesant les âmes. « Le diable a l'air très fripon, dit M. Bousquet, et cherche évidemment à rendre sa part meilleure. » Conques a cela de singulier que les puits s'y trouvent de plain-pied avec les greniers, tant la pente de ses rues est rapide.


Plan du site - Moteur de recherche | Index Général | Page Aide | Contact © C. LOUP 2017